News4

 

Dernière mise à jour :
15/08/2017 18:40

Appel à l’action

Qui mieux que le Secrétaire Général pour interpeller les Nations pour une  forte mobilisation autour de ce lourd handicap qu’est le l’autisme. Parce que l’enfant avec autisme est d’abord un enfant qui a les besoins et  les mêmes droits que les autres dits « normaux », penchons nous sur les interpellations du SG des Nations Unies M Ban ki Moon à l’occasion de la JMA 2015 et 2016.


« À l’occasion de cette Journée internationale de sensibilisation à l’autisme, je lance un appel pour que les droits des personnes atteintes d’autisme soient mieux respectés et pour qu’elles puissent participer pleinement à notre famille humaine diverse et y être intégrées en tant qu’éléments de valeur à même de contribuer à un avenir de dignité et d’opportunité pour tous. » M. Ban Ki-moon, Secrétaire général de l'ONU
Message 2016


Message du Secrétaire général de l'ONU, M. Ban Ki-moonLuc Olivier
Journée 2016
La communauté internationale s’attelle aujourd’hui à la tâche difficile que représente la mise en œuvre de l’ambitieux et universel Programme de développement durable à l’horizon 2030. La participation et l’engagement actif et sur un pied d’égalité des personnes atteintes d’autisme sont indispensables à l’instauration d’une société où nul n’est laissé de côté, qui figure parmi les objectifs de développement durable. L’autisme est un trouble qui dure toute la vie et qui frappe des millions de personnes de par le monde. Dans nombre de pays, il reste mal compris et trop de sociétés rejettent les personnes qui en sont atteintes.


Cette marginalisation constitue une violation des droits de l’homme et un gâchis de potentiel humain. J’ai été le témoin du dynamisme et de la détermination dont peuvent faire preuve les autistes. Au début de l’année, j’ai eu l’honneur de dialoguer avec un jeune autiste au Siège de l’Organisation des Nations Unies, à New York, et j’ai été particulièrement impressionné par l’originalité de ses idées sur les moyens d’atteindre les objectifs de développement durable.


Les personnes atteintes d’autisme ont bien entendu des aptitudes très diverses et des domaines d’intérêt différents, mais elles ont toutes la capacité de contribuer à rendre notre monde meilleur. L’Organisation des Nations Unies est fière d’apporter son parrainage à la campagne de sensibilisation à l’autisme. Les droits, les points de vue et le bien-être des personnes atteintes d’autisme, et de toutes les personnes handicapées, sont autant d’aspects qui font partie intégrante du Programme 2030 et de l’engagement qu’il contient de ne laisser personne de côté. Le passage à l’âge adulte est particulièrement délicat. En tant qu’ardent défenseur de la mobilisation des jeunes de tous les pays du monde pour contribuer à notre avenir commun, je demande à toutes les sociétés d’accroître les ressources permettant aux jeunes autistes de participer à l’effort sans précédent engagé par la jeunesse d’aujourd’hui pour favoriser le progrès.


Cette année marque le dixième anniversaire de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées. À l’occasion de cette Journée internationale de sensibilisation à l’autisme, je lance un appel pour que les droits des personnes atteintes d’autisme soient mieux respectés et pour qu’elles puissent participer pleinement à notre famille humaine diverse et y être intégrées en tant qu’éléments de valeur à même de contribuer à un avenir de dignité et d’opportunité pour tous.

Message du Secrétaire général de l'ONU, M. Ban Ki-moon
Journée 2015
Il est extrêmement encourageant de constater que les troubles du spectre autistique sont de mieux en mieux connus du public et que beaucoup de ceux qui en sont atteints ont désormais accès à des services plus complets. La Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme ne doit pas seulement faire mieux comprendre cette maladie, elle peut aussi donner aux parents le courage d’envisager des thérapies précoces et être l’occasion de promouvoir la participation à part entière des autistes à la vie en société, notamment en plaidant auprès des décideurs politiques pour qu’ils demandent aux établissements scolaires d’ouvrir leurs portes aux autistes. Avec l’aide voulue, les autistes peuvent – et devraient – être scolarisés aux côtés des autres enfants. Il importe aujourd’hui d’offrir encore davantage de possibilités aux personnes souffrant de l’autisme, y compris dans le monde du travail.


Cette année, je suis heureux de lancer un « Appel à l’action » en invitant les entreprises à prendre des engagements concrets pour employer des personnes atteintes de troubles du spectre autistique. Nous encourageons les services publics et les entreprises petites ou grandes à réfléchir davantage à la manière dont elles perçoivent les personnes souffrant d’autisme, à prendre le temps de s’informer sur leur condition et à leur donner la possibilité de vivre une vie pleine. Les personnes qui souffrent d’autisme ont un énorme potentiel. La plupart ont de remarquables qualités sur les plans visuel, artistique ou intellectuel. Grâce aux technologies d’assistance, les personnes atteintes d’autisme qui sont non verbales peuvent communiquer et partager leurs capacités cachées. Pour permettre l’avènement d’une société qui soit vraiment ouverte à tous, il faut savoir reconnaître les talents des personnes qui appartiennent au spectre de l’autisme plutôt que de se focaliser sur leurs points faibles.


Pourtant, même dans les pays où le problème de l’autisme est le mieux connu, plus de 80 % des adultes qui en souffrent sont sans emploi. C’est la raison pour laquelle il est vraiment fondamental que les employeurs comprennent que ces personnes ont des capacités uniques et souvent exceptionnelles, en leur donnant les moyens d’exceller au travail. Mais cela ne sera possible que si l’on prévoit des formations professionnelles adaptées et l’offre d’un soutien adéquat en marge des procédures du recrutement pour que partout les personnes souffrant de l’autisme puissent intégrer avec succès le monde du travail.

 
L’Assemblée générale des Nations Unies a souhaité que davantage de possibilités soient offertes aux personnes souffrant de l’autisme. En proclamant le 2 avril Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, elle a aussi demandé que des formations soient dispensées aux administrateurs de services publics, aux prestataires de services, aux prestataires de soins et aux soignants, aux proches et aux non-spécialistes, pour faciliter l’intégration des personnes souffrant de l’autisme dans la société, afin qu’elles puissent réaliser pleinement leur potentiel.
En cette Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, nous devons unir nos forces pour instaurer des conditions optimales qui permettent à ceux qui souffrent de l’autisme de contribuer eux aussi à la réalisation d’un avenir juste et durable pour tous.

Powered by AOH| Designed: ASCG| Connexion